Texte à méditer :   Perce le coeur d'un homme, tu y trouveras un soleil...   proverbe arabe
Notre action - Actions réalisées en 2012

L'éducation reste  notre axe principal pour 2012
L'ECOLE pour tous et pour toutes.
Nous continuons bien sûr à soutenir les  mêmes écoles maternelles avec du mobilier scolaire, des fournitures scolaires, des jeux d'éveil.
Sandrine, une Belge nous a accompagnés dans 2 écoles : elle est une spécialiste du grimage  des enfants. Des moments bien sympathqiues!

Dans une école maternelle, elle a joliment travesti le visage d'une quarantaine d'enfants.
Des visages d'enfants se sont transformés en chats, en lions, en princesses, en spiderman...
Deux jours plus tard c'était à l'occasion de la fête des orphelins qu'elle est intervenue. Il y avait tant d'enfants, qu'elle a dû recruter des aides .Françoise et Hadeyya s'y sont mises très vite et les enfants n'avaient de cesse de se regarder dans le miroir, et de se regarder
encore et encore. Avec des yeux écarquillés ils découvraient leurs nouveaux visages, transfigurés.
Un petit bout de chou de 3 ans a enfin esquissé un sourire en se voyant dans le miroir.
Et puis il y avait des bonbons, des chocolats, des crayons de couleur...

En octobre nous avons organisé dans  une maternelle de Gezira des ateliers peinture . Apposer sa main  couverte de peinture sur une grande feuille blanche était  un réel plaisir pour les enfants et ils voulaient essayer avec toutes les couleurs! La feuille a ensuite été accrochée au mur et ils n'en étaient pas peu fiers! Mais ils ont ensuite pu  faire preuve de leurs  talents d'artistes : ils ont pu choisir entre des feuilles de papier Canson de différentes couleurs, et armés de pinceaux mais aussi de leurs doigts, ils se sont appliqués, concentrés. Nous avons bien sûr ensuite dû admirer leurs oeuvres. Et pour certains notre admiration n'était même pas feinte ! Les enfants trouvent forcément ces ateliers "artistiques" plus amusants que l'apprentissage des lettres en choeur...Les institutrices de cette école nous ont demandé de les équiper avec des chaises et des tables (autres que les pupitres dont elles disposent) afin de pouvoir refaire ces ateliers.

Une toute nouvelle petite école a également ouvert ses portes  dans le village de Mallahah à la rentrée  de septembre. Nous avions fait fabriquer des tables et des chaises par un menuisier local. Cette fois, nous avons voulu montrer aux toutes nouvelles enseignantes que "le jeu, c'est sérieux" et que l'enfant développe des compétences motrices ou intellectuelles au travers d'activités ludiques.Si elles ont été un peu surprises au départ, elles se sont vite adaptées et ont apprécié le fait que les enfants soient actifs et concentrés, donc calmes. Nous avons  apporté aux élèves  des  jeux de construction, de manipulation, des dînettes, des voitures, des peluches, des instruments de musique. Certains des enfants ont vite fait leur choix, d'autres se sont essayés à diverses activités. Même les visiteurs (touristes) ont improvisé des jeux sur place. Mais il y a eu des visiteurs qui venaient aussi du village-même, et d'autres enfants (pré-adolescents) sont venue et ont voulu jouer eux-aussi avec les touristes ou les plus petits? Quelle joie pour tous de faire des rondes en chantant !

Nous avons aussi équipé la classe de nouveaux sanitaires à la taille des enfants, de balançoires fabriquées par un  menuisier de la région, mais aussi de tapis de sol pour que les enfants puissent bénéficier de plages de calme, d'un coin lecture par les institutrices.


Les classes d'alphabétisation pour les femmes fonctionnent très bien, comme d'habitude. La session commencée à l'automne à el-Kôm s'est terminée en avril et se séparer n'a pas  été facile.  Chère Naema, nous n'avions pas envie de te voir retourner dans l'anonymat!

Mais c'était pour mieux repartir vers de nouvelles aventures! Et  c'est à Ezba qu'a  eu lieu une nouvelle session. Puis dans une autre partie d'Ezba, ce sont encore de nombreuses femmes qui se sont inscrites aux leçons d'apprentissage de la lecture, de l'écriture et du calcul. Souhaitons-leur d'y trouver une source d'épanouissement. Comme en 2011, tous les mois nous avons remis des sacs d'alimentation de base et de produits d'hygiène à toutes celles qui ont été assidues, et il est très rare de devoir "sévir" mais nous tenons à ce que les règles fixées à la base soient , pour le bien de tous,  respectées.

Les résultats au test de fin de session sont excellents et atteignent en moyenne plus de 85%.

Nous avons franchi  un pas de plus  cette année en créant les Ateliers pour les filles.
15 jeunes filles ont été choisies dans les divers villages qui composent Baerat. Trouver un local n'a pas été très facile car avec les évènements politiques, beaucoup de projets ont pris du retard. Nous avons pendant quelques mois pu organiser les cours dans une future  école maternelle d'Ezba car nous avions fourni le mobilier scolaire ainsi que les portes de l'école.
Mais il nous a finalement fallu au dernier trimestre trouver un local bien à nous pour abriter les cours et notre matériel car dans l'école maternelle il n'était pas à l'abri et cela provoquait des tensions.

Les cours fonctionnent sur la participation car nous souhaitons que les jeunes filles soient réellement des acteurs dans cette formation.

C'est le docteur Hatem qui intervient, secondé par la très efficace Hadeyya : santé, hygiène, premiers secours, soins à apporter aux bébés, diététique.

Mais aussi :  cours de communication, de géographie, de lecture, d'artisanat. En effet chacune a des compétences et les jeunes filles vont pouvoir partager et devenir elles-même des "enseignantes" dans divers groupes de travail.

Ces jeunes filles nous ont surpris par leur volonté de changement. Elles sont enchantées d'aborder des matières inconnues et elles manifestent une grande curiosité.  Elles veulent aussi leur toute nouvelle expérience se sache davantage et elles ont décidé d'organiser en octobre une après-midi "Portes ouvertes" avec une exposition  de ce qu'elles ont fait au cours de cette année. .Les jeunes filles qui fréquenteront ces classes auront elles- aussi leur pierre à apporter à l'édifice en étant novatrices. Ce ne sont plus des jeunes filles effacées et timides; elles ont trouvé un espace  où l'expression est libérée.Nous les avons aussi emmenées sur la rive Est, en ville donc.

Ce 16 octobre a été une belle fête. Elles ont décoré les lieux, servi les rafraîchissements, affiché leurs productions : peinture sur miroir, sacs et pochettes brodées, ainsi que les cartes d'Egypte qu'elles avaient réalisées. Mais certaines d'entre elles ont aussi pris la parole devant le public présent. Pour évoquer des thèmes qui leur tenaient à coeur , comme l'éducation, comme l'inégalité entre les filles et les garçons, dès le berceau. Il leur en a fallu du cran pour s'exprimer ainsi, librement, devant un parterre de spectateurs! Chapeau les Bent (les filles ) ! 

Nous avons fait participer un traducteur afin que tous, francophones, anglophones,  puissent comprendre ce qui était dit.

Elles nous ont fait part de leurs désirs pur l'année 2013 : approfondir des points  concernant l'hygiène et la santé, avoir des leçons d'anglais, des leçons d'informatique, aller visiter certains lieux  culturels ou artistiques. Nous allons profiter de cette nouvelle année pour leur donner quelques notions de leur propre histoire car elles ne la connaissent pas.

En décembre 2012 , dans le cadre de la Semaine de la Solidarité, nous avons pu organiser un spectacle  digne des Mille et une Nuits; un spectacle qui, financé par la Mairie de Marcq en Baroeul, a pu être offert au public de la région. De la danse orientale, avec la troupe de Rajaa mais aussi un tanourah égyptien, Ibrahim Hassan. Une véritable prouesse physique et un spectacle multicolore qui a ravi la salle. Ramsès II nous a également  fait l'honneur de sa présence...

L'année 2012 a été une année de récolte, après des semailles qui parfois nous semblaient  un peu longues à mûrir. Notre souhait  est que 2013  nous permette de  développer et de pérenniser notre action.  

Nous avons besoin de tous pour y arriver. Aucune aide n'est superflue. 

 


 


Date de création : 08/05/2012 - 17:01
Dernière modification : 08/01/2013 - 17:18
Catégorie : Notre action
Page lue 1693 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

 
Poème

Si je mourais demain j'aurais dans la mémoire,
L'impeccable dessin d'un sarcophage d'or,
Et pour m'accompagner au long des rives noires,
Le sourire éclatant des enfants de Louxor...
               Bernard Dimey (Les enfants de Louxor)

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
154 Abonnés

Haut